Français | English

Aller au contenu

Agence nationale sanitaire et scientifique en cancérologie

Accueil > Info patient > Qualité de vie > Douleur > Soulager avec des médicaments > Effets secondaires des antalgiques

AddThis Social Bookmark Button

Les effets secondaires des antalgiques
Mis à jour : 04.11.09

Vous avez un antalgique du palier n° 1

Certains médicaments du palier n°1 sont disponibles sans ordonnance. Cependant, ils ne sont pas anodins et peuvent provoquer des effets secondaires qu’on appelle aussi effets indésirables, notamment en cas de surdosage.

Le paracétamol peut être toxique pour le foie s’il est pris à trop forte dose ou s’il est associé à une consommation excessive d’alcool. La dose maximale à ne jamais dépasser est de 6 grammes par jour en 6 prises (la dose habituelle est de 4 grammes/jour). Au-delà de cette dose, non seulement le paracétamol n’est pas plus efficace, mais le risque d’effets secondaires est majeur.

Pour les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), les effets secondaires les plus courants sont des troubles digestifs, comme des brûlures d’estomac. Le médecin prescrit souvent des médicaments qui protègent l’estomac (protecteurs gastriques).

Pour éviter ces troubles, il est conseillé de prendre les anti-inflammatoires de préférence au cours d’un repas. Il est également conseillé de beaucoup boire pendant le traitement anti-inflammatoire, notamment si vous avez des problèmes de reins.

Haut de page

Vous avez un antalgique du palier n°2 ou n°3, de la famille des opioïdes

Les antalgiques des paliers n°2 et n°3 ont les mêmes effets secondaires. Au début du traitement, ce sont souvent une somnolence et parfois des nausées et des vomissements, qui disparaissent en quelques jours.

D’autres effets secondaires persistent pendant toute la durée du traitement : la constipation et la sensation de bouche sèche.

Les effets secondaires sont en général plus fréquents ou plus prononcés avec les médicaments du palier n°3, qui sont plus puissants. Toutefois, chaque personne réagit différemment : certaines supportent très bien la morphine et d’autres non.

Quand une personne tolère mal un médicament de la famille de la morphine, cela ne signifie pas qu’elle est « allergique » ou intolérante à l’ensemble de ces médicaments. Elle peut très bien supporter sans problème un autre médicament de cette même famille.

> Voir Limiter les effets secondaires des opioïdes

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Douleur et cancer

Couverture du guide