Français | English

Aller au contenu

BASELINE

Accueil > Info patient > Les cancers > Mélanomes de la peau > Chirurgie ou exérèse élargie > Effets secondaires

AddThis Social Bookmark Button

Les effets secondaires de la chirurgie
Mis à jour : 13.05.10

 

Les effets secondaires à court terme

Les effets secondaires à court terme peuvent se manifester immédiatement après l’intervention ou quelques semaines plus tard. En général, ils sont temporaires. Les principaux sont les suivants :

  • La formation d'un caillot de sang dans les veines, appelée thrombose veineuse ou phlébite.

Comme après toute intervention sous anesthésie générale, cet effet secondaire peut apparaître et notamment chez les personnes qui ont une fragilité vasculaire. Chez ces personnes, le médecin peut prescrire un médicament anticoagulant comme l'héparine, qui diminue la probabilité de formation de caillots sanguins.

  • Des douleurs au niveau de la cicatrice.

Ces douleurs sont le plus souvent légères et diminuent la plupart du temps en quelques heures avec des médicaments contre la douleur comme le paracétamol. Si les médicaments prescrits contre la douleur ne suffisent pas, le médecin peut augmenter les dosages ou donner des médicaments plus puissants. Il ne faut pas attendre que la douleur devienne insupportable pour faire appel à un soignant.

> Pour en savoir plus, voir le dossier La douleur

  • Une fatigue, due notamment à l'anesthésie, à la perte de sang ou encore à l'anxiété générée par l'opération.
  • Un œdème, fréquent lorsque la chirurgie est réalisée au niveau du visage.

Ces écoulements s’arrêtent généralement en quelques jours. Cependant, le lymphocèle nécessite parfois d’être ponctionné à l’aiguille par le chirurgien s’il est trop gênant. Quelques semaines après l’intervention, la kinésithérapie peut traiter certaines de ces complications par des techniques adaptées (drainage lymphatique manuel, par exemple).

  • Des problèmes de cicatrisation.

La taille de la cicatrice qui se forme à la suite de la chirurgie dépend de l'emplacement du mélanome. Il arrive qu’un hématome ou une infection apparaissent au niveau de la cicatrice. Ces effets secondaires guérissent souvent à l’aide de soins locaux. Toutefois, s’ils ne disparaissent pas, une nouvelle opération est parfois nécessaire pour les traiter.

  • Des difficultés à se déplacer lorsque la cicatrice se situe au niveau d’une articulation.

En fonction de l’endroit où l’opération a été réalisée (épaule, cheville), certains mouvements deviennent difficiles. Un masseur-kinésithérapeute peut aider à retrouver rapidement une meilleure mobilité en conseillant quelques exercices.

  • Enfin, dans de rares cas, il arrive que certains patients fassent une allergie au bleu patenté (le colorant utilisé pour localiser le ganglion sentinelle).

Cette allergie se manifeste par une diminution de la tension artérielle, une accélération du rythme cardiaque, voire une syncope, associées ou non à un urticaire (rougeur et démangeaison).


La survenue éventuelle de ces effets secondaires est surveillée pendant tout le temps de l’hospitalisation.

 

Les effets secondaires à long terme

Les effets secondaires à long terme peuvent se manifester bien après l’intervention et durer longtemps. Ce peut être :

  • Une rétention de lymphe dans la région opérée (lymphoedème) suite à l’exérèse d’un ganglion.

Plus fréquent à la suite d’un curage ganglionnaire total, un lymphoedème apparaît parfois à la suite de l’exérèse du ganglion sentinelle. Pour le résorber, le médecin peut prescrire des séances de kinésithérapie (drainage lymphatique manuel…) ainsi que le port de bas ou d’un manchon de contention.

  • Un retard de cicatrisation.

Chez les patients obèses, gros fumeurs ou diabétiques, le curage des ganglions situés au niveau de l’aine (curage inguinal) se complique plus souvent d’un retard de cicatrisation ou d’une réouverture de la cicatrice.

  • Une infection générale, des saignements, etc.
  • Des problèmes de cicatrisation.

Chez certains, une masse de tissu apparaît au niveau de la cicatrice, on parle de cicatrice chéloïde. Une cicatrice hypertrophique peut également apparaître. Elle ressemble à une cicatrice chéloïde mais ne s'étend pas en surface. Avec le temps, la plupart des cicatrices hypertrophiques s'aplanissent et deviennent moins visibles.

  • Des séquelles esthétiques qui sont fréquentes.

Elles sont particulièrement difficiles à vivre lorsqu’elles se situent sur le visage. Une chirurgie réparatrice peut aider à retrouver une bonne image de soi ; une greffe de peau lorsque l’exérèse a été étendue ou une opération pour améliorer l’aspect esthétique de la cicatrice peuvent être envisagées.

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Registre des essais cliniques

Consultez le registre des essais cliniques français :

Tous les essais cliniques.

Publication

couverture du guide Les traitements du mélanome de la peau

Publication

Couverture Guide ALD Patient - Mélanome cutanté

    • Télécharger le Guide Patient - Affection de longue durée :

"La prise en charge de votre mélanome cutané" (mars 2010, pdf, 828 ko)