Français | English

Aller au contenu

BASELINE

Accueil > Info patient > Les cancers > Qu'est-ce qu'un cancer ? > Mécanisme de cancérisation

AddThis Social Bookmark Button

Le mécanisme de cancérisation
Mis à jour : 21.10.09

Les étapes

Les caractéristiques de la cellule cancéreuse

De la cellule cancéreuse à la tumeur

Le système immunitaire ; barrière de défense naturelle

Les étapes

Différentes étapes ont été identifiées dans le développement d'un cancer : l'initiation, la promotion et la progression.

Dans un premier temps, il se produit une lésion majeure au niveau de l'ADN d'une cellule ; il en résulte une transformation de cette cellule. Dans un second temps, la cellule transformée se développe et prolifère en formant un groupe de cellules transformées identiques.

Enfin, dans un troisième temps, la cellule acquiert les caractéristiques d'une cellule cancéreuse : elle se multiplie de façon anarchique, en perdant en partie son caractère différencié (son identité liée au tissu auquel elle appartenait).

L'évolution se fait d'abord localement, puis peut s'étendre via le sang et la lymphe à d'autres endroits du corps où se forment les métastases.

Visionner l'animation (flash) "La naissance d'une tumeur cancéreuse" :

 

Haut de page

Les caractéristiques de la cellule cancéreuse

Cette transformation de la cellule normale en cellule cancéreuse est un processus long, qui peut durer des dizaines d'années. Au terme de cette transformation, la cellule cancéreuse a acquis un certain nombre de caractéristiques :

  • son indépendance vis-à-vis des signaux qui régulent (favorisent ou freinent) habituellement sa croissance et sa division,
  • sa capacité à échapper au processus de mort cellulaire programmée,
  • sa capacité à se diviser indéfiniment.

Haut de page

De la cellule cancéreuse à la tumeur

Ultérieurement, dotées de ces caractéristiques, les cellules cancéreuses parviennent à provoquer la formation de nouveaux vaisseaux sanguins qui irrigueront la tumeur et l'alimenteront en oxygène et en nutriments. C'est ce qu'on appelle l'angiogenèse.

Ce point est capital car, sans irrigation sanguine, la tumeur ne pourrait pas grossir au-delà d'un dixième de millimètre. Par ailleurs, les cellules cancéreuses deviennent capables de s'insinuer dans les tissus sains voisins et de migrer dans l'organisme pour donner des métastases.

Au delà, les cellules cancéreuses sont capables de corrompre les cellules qui les entourent et de les utiliser à leur avantage. Une tumeur est toujours formée par un agglomérat de cellules cancéreuses et de cellules normales, qui collaborent entre elles.

Les recherches actuelles tentent de mieux comprendre ces interactions afin de développer de nouveaux médicaments bloquant ces mécanismes. C'est le cas notamment avec la mise au point de médicaments anti-angiogéniques qui bloquent la formation des vaisseaux sanguins autour des tumeurs qui, privées de nourriture, meurent.

Visionner la vidéo (flash) "Comment priver la tumeur de ses apports sanguins ?"

  

 

 Autre caractéristique remarquable, il arrive que les cellules cancéreuses perdent leur identité, autrement dit les caractéristiques propres aux cellules du tissu auquel elle appartenait.

En effet, notre corps est constitué d'environ 200 types de cellules différentes de par leur fonction ou leur spécialisation. Une cellule de la peau, par exemple, n'a pas les mêmes caractéristiques qu'une cellule du muscle cardiaque. Or, les anomalies génétiques répétées à l'origine d'un cancer transforment les cellules de sorte qu'elles perdent plus ou moins leurs caractéristiques d'origine.

Lors de la découverte d'un cancer, il arrive ainsi que l'anatomopathologiste, le médecin en charge de l'analyse microscopique, n'arrive plus à définir l'origine de la cellule ; on parle de tumeur « indifférenciée ».

A l'inverse, certaines tumeurs sont constituées de cellules peu différentes de la cellule d'origine ; elles sont dites « différenciées ». Au sein d'une tumeur, la perte des caractéristiques d'origine des cellules, autrement dit la perte de leurs caractéristiques histologiques, constitue un des critères d'agressivité de la tumeur.

Haut de page

 

Le système immunitaire, barrière de défense naturelle

Toutes les cellules cancéreuses ne donnent cependant pas des cancers menaçant l'organisme. Le système immunitaire du corps dispose en effet d'armes spécialisées, les « cellules tueuses », qui sont capables de détecter les cellules anormales et de les éliminer.

C'est seulement si ces défenses immunitaires sont débordées que le cancer se développe. 

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Registre des essais cliniques

Pour connaître les essais cliniques en cours ou à venir sur la pathologie qui vous concerne, consultez notre base de données.