Français | English

Aller au contenu

Agence nationale sanitaire et scientifique en cancérologie

Accueil > Info patient > Les cancers > Cancer de la prostate > Curiethérapie

AddThis Social Bookmark Button

La curiethérapie
Mis à jour : 01.02.10

Qu’est-ce qu’une curiethérapie de la prostate ?

Quelles en sont les indications ?

Qu’est-ce qu’une curiethérapie de la prostate ?

Une curiethérapie de la prostate consiste à mettre en place, à l’intérieur de la prostate, des sources radioactives, sous la forme de grains, de fils ou de microsources. Ces sources radioactives (iode 125 généralement, ou plus rarement iridium 192) émettent des rayonnements qui détruisent les cellules cancéreuses.

La dose de rayonnement décroît très vite au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source radioactive ce qui permet de limiter les effets secondaires sur les tissus sains avoisinants (vessie, rectum, canal anal).

Certaines curiethérapies de la prostate sont réalisées avec des implants temporaires (sources d’iridium 192). D’autres, le plus souvent, avec des implants permanents (grains d’iode radioactifs), c’est-à-dire qu’ils restent à demeure dans la prostate du patient mais perdent leurs propriétés radioactives au bout de quelques mois. On considère en effet que la radioactivité résiduelle est négligeable au niveau des implants au bout d’un an après implantation.

Le patient est pris en charge, en association avec un urologue, par un oncologue radiothérapeute spécialisé dans la curiethérapie : on parle aussi de curiethérapeute. Une curiethérapie doit être réalisée par une équipe entraînée et spécialisée.

Haut de page

Quelles sont les indications d’une curiethérapie ?

La curiethérapie a une action très localisée au niveau de la prostate. C’est donc un traitement de référence qui peut être proposé aux patients atteints d’un cancer de la prostate localisé à faible risque.

Après validation en RCP, la curiethérapie peut être proposée dans le cas de cancers de la prostate localisés de risque intermédiaire de bon pronostic.

> Voir la fiche Les traitements des cancers de la prostate en fonction de leur stade

Il existe des contre-indications à la curiethérapie de la prostate, notamment :

- des problèmes de mobilité des hanches, qui peuvent empêcher la réalisation de l’implantation;

- un poids de la prostate supérieur à 50-60 grammes, néanmoins une hormonothérapie à visée de réduction volumétrique de la prostate peut être proposée au patient avant la réalisation de la curiethérapie ;

- Une résection de prostate est une contre-indication relative à la réalisation de la curiethérapie dépendante aussi notamment de la taille du tissu prostatique résiduel périphérique ;

- des difficultés à uriner majeures avant traitement évaluées au mieux par le score IPSS ainsi que par éventuellement une débimétrie, ou l’existence d’un adénome obstructif, est une contre-indication à la réalisation de la curiethérapie.

Dans le cas où une curiethérapie est proposée au patient, le médecin lui explique la technique utilisée, la durée de l’intervention et de l’hospitalisation, les résultats attendus, les effets secondaires possibles et les précautions spécifiques.

La curiethérapie par implants permanents d’iode 125 est la plus fréquemment utilisée en France actuellement. Elle est habituellement réalisée seule, parfois précédée d’une hormonothérapie, et plus rarement associée à une radiothérapie externe.

La curiethérapie par implants temporaires (sources d’iridium 192) est plus rarement utilisée. Elle est le plus souvent associée à une radiothérapie externe et parfois à une hormonothérapie.

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Comprendre la radiothérapie