Français | English

Aller au contenu

Agence nationale sanitaire et scientifique en cancérologie

Accueil > Info patient > Les cancers > Cancer du sein > Hormonothérapie

AddThis Social Bookmark Button

L'hormonothérapie du cancer du sein
Mis à jour : 17.12.13

Principe d’action et objectifs

Les récepteurs hormonaux

Indications de l’hormonothérapie

Principe d’action et objectifs

Certaines tumeurs du sein ont pour caractéristique d'être hormonosensibles, ce qui signifie que les hormones féminines (œstrogènes, progestérone), naturellement produites par l'organisme, stimulent leur croissance. L'hormonothérapie est un traitement qui consiste à empêcher l'action stimulante des hormones féminines sur les cellules cancéreuses.

On distingue deux types d'hormonothérapie :

  • les traitements médicamenteux, qui agissent par voie générale, c'est-à-dire dans l'ensemble du corps, sur toutes les cellules sensibles aux hormones. On parle de traitement systémique ;
  • les traitements non médicamenteux, qui consistent à stopper la production d'œstrogènes par les ovaires en les retirant par une intervention chirurgicale (ovariectomie) ou en les irradiant (radiothérapie).

Seuls les traitements médicamenteux, plus courants, sont décrits dans ce guide.

Par ailleurs, lorsqu'une chimiothérapie et/ou une radiothérapie sont prescrites, l'hormonothérapie est en général commencée après ces traitements.

Haut de page

Les récepteurs hormonaux

Les cellules cancéreuses des cancers du sein hormonosensibles ont pour caractéristique de posséder des récepteurs hormonaux. Ce sont des protéines situées à la surface de la cellule cancéreuse. Ils détectent les œstrogènes ou la progestérone qui passent dans le sang et les captent. La liaison entre les hormones et leurs récepteurs sur les cellules déclenche la stimulation de la croissance de ces cellules cancéreuses.

C'est l'examen des cellules au microscope qui détermine si elles possèdent ou non des récepteurs aux œstrogènes et/ou à la progestérone. Cet examen, appelé examen anatomopathologique est réalisé sur un fragment de la tumeur prélevé par biopsie, ou sur la tumeur enlevée par intervention chirurgicale. 80% des cancers du sein sont hormonosensibles ou hormonodépendants.

Plus le taux des récepteurs est élevé (résultats positifs), plus la tumeur réagit à une hormonothérapie. S'il y a peu ou pas de récepteurs hormonaux sur les cellules cancéreuses (résultats négatifs), cela signifie que les hormones n'affectent probablement pas la croissance des cellules cancéreuses. La maladie n'étant pas sensible aux hormones, l'hormonothérapie ne serait pas efficace et n'est alors pas proposée.

Haut de page

Les indications de l’hormonothérapie

La première condition pour que le médecin vous propose une hormonothérapie est que votre cancer soit hormonosensible (voir ci-dessus).

Les bénéfices attendus de l'hormonothérapie dépendent par ailleurs du stade du cancer, c'est-à-dire de son étendue au moment du diagnostic :

  • En cas de cancer infiltrant localisé ou non métastatique hormonosensible, une hormonothérapie peut être proposée en complément de l'intervention chirurgicale. On parle d'hormonothérapie adjuvante. Elle est habituellement prescrite pour une période d'au moins 5 ans. Elle a pour objectifs de réduire le risque de récidive locale dans le sein opéré, de diminuer le risque d'atteinte au niveau de l'autre sein, de diminuer le risque d'avoir une évolution générale sous forme d'une métastase à distance.
  • Dans d'autres situations (moins fréquentes), une hormonothérapie est proposée avant la chirurgie. Elle a alors pour but de réduire la taille d'une tumeur trop volumineuse pour être opérée d'emblée ou pour permettre une chirurgie conservatrice ou en cas de cancer inflammatoire. On parle d'hormonothérapie néoadjuvante.
  • En cas de cancer hormonosensible présentant des métastases, une hormonothérapie peut être proposée seule ou associée à d'autres médicaments. L'objectif dans ce cas est de traiter ou stabiliser l'évolution de la maladie et d'améliorer la qualité de vie.

Attention à ne pas confondre hormonothérapie et traitement hormonal de la ménopause

Le mot hormonothérapie entraîne parfois une confusion : il peut donner à penser qu'il désigne un traitement à base d'hormones, ce qui n'est pas le cas. Il s'agit au contraire d'un traitement « antihormones ».

L'hormonothérapie se différencie à ce titre d'un traitement hormonal de substitution (THS), appelé aussi traitement hormonal de la ménopause (THM) qui, lui, est à base d'hormones. Le THM permet de remplacer les hormones (œstrogène et/ou progestérone) qui ne sont plus produites naturellement par les ovaires après la ménopause. Il vise à soulager les symptômes de la ménopause et protéger contre la perte de densité osseuse (ostéoporose).

Le THM tout comme les contraceptifs à base d'hormones ne sont pas recommandés aux femmes ayant eu un cancer du sein. Par ailleurs, lorsqu'une femme apprend qu'elle a un cancer du sein et qu'elle suit déjà un THM, ce traitement doit être arrêté. D'autres méthodes sont proposées pour soulager les symptômes de la ménopause. Parlez-en à votre médecin

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Essais cliniques

Registre des essais cliniques français sur les cancers du sein :

ouverts | à venir

    Tous les essais cliniques.

    Sites utiles

    Publication

    Couverture du guide ALD Patients

      • Télécharger le Guide Patient - Affection de longue durée :

    "La prise en charge du cancer du sein" (juin 2010, pdf, 79 ko)