Français | English

Aller au contenu

BASELINE

Accueil > Info patient > Les cancers > Cancer du foie > Diagnostic

AddThis Social Bookmark Button

Le diagnostic du cancer du foie
Mis à jour : 09.01.12

Lorsqu’un cancer du foie apparaît, c’est le plus souvent sur un foie déjà fragilisé, généralement par une cirrhose alcoolique ou une hépatite virale. La découverte d’un cancer du foie se fait alors fréquemment lors du suivi de cette maladie. Elle peut également se faire chez une personne en bonne santé mais les symptômes de la maladie sont alors souvent tardifs et peu spécifiques d’un cancer.

Une série d’examens permet d’établir le diagnostic, de décrire le cancer et l’état du foie, pour adapter au mieux les traitements.

Dans quelles circonstances peut-on suspecter un cancer du foie ?
Diagnostiquer et décrire le cancer
Evaluer l’état du foie

Dans quelles circonstances peut-on suspecter un cancer du foie ?

Chez une personne atteinte d’une maladie chronique au foie

Lorsqu’une personne est atteinte par une maladie au foie, le cancer est fréquemment découvert lors d’un examen de suivi de cette maladie. Une personne atteinte d’une hépatite ou d’une cirrhose alcoolique effectue ainsi une échographie tous les 6 mois pour surveiller l’état du foie. La présence d’une masse suspecte sur le foie peut être découverte lors de cet examen.

Chez une personne sans problème de santé connu au foie

Le cancer du foie peut rester longtemps silencieux, sans provoquer de symptômes. Lorsque des signes apparaissent, comme de la fatigue ou des troubles digestifs, ils ne sont pas suffisants pour orienter vers un diagnostic de cancer.

Certains signes peuvent néanmoins conduire un médecin traitant à demander des examens complémentaire :

  • une masse détectée au niveau du foie, à droite du ventre juste sous les côtes,
  • des symptômes digestifs tels qu’une perte d’appétit ou des nausées,
  • un ictère, le nom scientifique de la jaunisse, qui rend la peau et le blanc des yeux jaunâtre, fonce les urines et entraîne des démangeaisons sur la peau appelés prurit,
  • un épanchement de liquide, appelé ascite, qui remplit et fait gonfler le ventre,
  • de la confusion, des tremblements, signes d’une cirrhose au stade avancé.

Si le médecin l’estime nécessaire, une échographie et une analyse de sang peuvent être alors prescrites. La prise de sang sert à évaluer le fonctionnement du foie. L’échographie permet de repérer la présence d’un nodule suspect. Des examens complémentaires sont nécessaires pour établir le diagnostic de cancer.

Haut de page


Diagnostiquer et décrire le cancer

Différents examens sont nécessaires pour repérer et décrire la présence d’une éventuelle tumeur. Une échographie permet de voir si une masse suspecte, ou nodule, apparaît sur le foie.

Un scanner du thorax, de l'abdomen et du pelvis permet de confirmer le diagnostic de cancer du foie évoqué par les résultats de l'échographie. Il permet également de repérer d'autres nodules et d'éventuelles extensions de la tumeur sur d'autres organes (ganglion, os, poumon, glande surrénale, péritoine).

 

Une IRM peut aussi être effectuée en complément ou en remplacement du scanner. L’IRM donne des images précises de la tumeur et permet de voir une éventuelle extension vers des vaisseaux sanguins du foie.

 

> Pour en savoir plus sur les examens d'imagerie (IRM et scanner).

 

En complément des examens d’imagerie, une analyse de sang est effectuée pour mesurer une substance, l’alpha-fœtoprotéine, que l’on retrouve présente dans le sang lors d’un cancer du foie. Enfin une biopsie, c'est-à-dire un prélèvement de cellules du foie, est parfois pratiquée si les examens précédents n’ont pas permis de confirmer avec certitude le diagnostic de cancer.

Haut de page


Evaluer l’état du foie

Lorsqu’un nodule est découvert, des examens sont effectués pour évaluer le fonctionnement du foie et la présence d’une éventuelle maladie comme la cirrhose ou l’hépatite. Cette observation oriente le choix des traitements et permet de prévenir d’éventuelles complications. Une analyse de sang est réalisée. Elle permet de mesurer la prothrombine et l’albumine qui sont des protéines produites par le foie. Si ces protéines sont en quantité insuffisante dans le sang, ce peut être le signe d’un fonctionnement insuffisant du foie.

 

Une fibroscopie œsogastroduodénale est également effectuée. Le médecin peut ainsi repérer la présence de varices dans l’œsophage ou  l’estomac qui sont la conséquence d’une atteinte du foie. Ces varices peuvent entraîner des complications, notamment des saignements, lors des traitements du cancer, il est donc nécessaire de les repérer et de les prendre en charge au besoin.

 

Enfin, il peut-être nécessaire d’effectuer une biopsie si ces examens ne suffisent pas à bien caractériser l’état du foie.

 

 
Des questions ?
Besoin de soutien, de conseils ?
Appelez le
0810 810 821 (prix d’un appel local)
De 9h à 19h, du lundi au vendredi et de 9h à 14h le samedi

Publication

Les traitements du cancer du foie

Publication

Guide ALD patients