Symptômes

Les symptômes d'un cancer du poumon ou cancer bronchique ne sont pas spécifiques à cette maladie, c'est-à-dire qu'ils peuvent être causés par d'autres maladies.

Si un des symptômes suivants persiste, il est important de consulter votre médecin traitant, notamment si vous fumez ou si vous avez fumé (même si vous avez arrêté de fumer depuis de nombreuses années).

Les symptômes fréquents

Certains symptômes surviennent chez près d'un patient sur deux et sont donc considérés comme fréquents. Ils combinent des problèmes respiratoires et un état physique général modifié dont :

  • L'apparition d'une toux ou la majoration d'une toux de bronchite chronique,
  • Des douleurs importantes aiguës ou chroniques (comme un point de côté évoquant un déchirement musculaire, des douleurs de l'épaule évoquant un rhumatisme),
  • L'apparition ou l'aggravation d'un essoufflement, en l'absence de problèmes cardiaques avérés,
  • Des expectorations (crachats) sanguinolentes (hémoptysies),
  • Une perte d'appétit,
  • Une perte de poids,
  • Des infections pulmonaires à répétition (bronchite ou pneumonie),
  • Une fatigue inhabituelle et persistante.

Les autres symptômes

Une modification de la voix ou une extinction de voix persistante liée à la compression d'un des nerfs impliqué dans le fonctionnement des cordes vocales. On parle de dysphonie.

Une respiration sifflante engendrée par la compression de la trachée et des grosses bronches. Ce phénomène est aussi appelé « wheezing »,

Des difficultés à avaler en relation avec la compression de l'œsophage (dysphagie),

Une difficulté à respirer liée à la présence de liquide dans la cavité pleurale qui contient les poumons (pleurésie) ou à la présence de liquide stagnant entre les 2 feuillets du péricarde, membrane qui entoure le cœur (péricardite).

L'affaissement ou une faiblesse de la paupière d'un seul œil, le rétrécissement de la pupille du même œil, appelés syndrome de Claude-Bernard horner.

Lors d'un cancer du poumon, notamment lors d'un CBPC, des manifestations physiques peuvent se développer de manière indirecte en dehors du poumon. Ces symptômes sont regroupés sous le nom de «syndromes paranéoplasiques ».